social.sokoll.com

Bruce Schneier: Emergency Surveillance During COVID-19 Crisis:

[A]ny data collection and digital monitoring of potential carriers of COVID-19 should take into consideration and commit to these principles:
  • Privacy intrusions must be necessary and proportionate. A program that collects, en masse, identifiable information about people must be scientifically justified and deemed necessary by public health experts for the purpose of containment. And that data processing must be proportionate to the need. For example, maintenance of 10 years of travel history of all people would not be proportionate to the need to contain a disease like COVID-19, which has a two-week incubation period.
  • Data collection based on science, not bias. Given the global scope of communicable diseases, there is historical precedent for improper government containment efforts driven by bias based on nationality, ethnicity, religion, and race­ -- rather than facts about a particular individual's actual likelihood of contracting the virus...
  • Expiration. ... The government and its corporate cooperators must roll back any invasive programs created in the name of public health after crisis has been contained.
  • Transparency. Any government use of \"big data\" to track virus spread must be clearly and quickly explained to the public....
  • Due Process. If the government seeks to limit a person's rights based on this \"big data\" surveillance ... then the person must have the opportunity to timely and fairly challenge these conclusions and limits.
Abridged from original, well worth reading in full.

https://www.schneier.com/blog/archives/2020/03/emergency_surve.html

#covid19 #privacy #surveillance #surveillanceState #surveillanceCapitalism #BruceSchneier
for french reader :

pour les locuteurs #français

Toute collecte de données et toute surveillance numérique des porteurs potentiels de COVID-19 devraient prendre en considération ces principes et s'engager à les respecter :

  • Les intrusions dans la vie privée doivent être nécessaires et proportionnées. Un programme qui recueille en masse des informations identifiables sur des personnes doit être scientifiquement justifié et jugé nécessaire par les experts de la santé publique pour le confinement. Et que le traitement des données doit être proportionné à la nécessité. Par exemple, le maintien de 10 ans d'historique de voyage de toutes les personnes ne serait pas proportionné à la nécessité de contenir une maladie comme COVID-19, qui a une période d'incubation de deux semaines.
    • La collecte de données doit être basée sur la science et non sur des préjugés. Compte tenu de l'ampleur mondiale des maladies transmissibles, il existe un précédent historique d'efforts d'endiguement inappropriés de la part des gouvernements, motivés par des préjugés fondés sur la nationalité, l'ethnie, la religion et la race - plutôt que par des faits concernant la probabilité réelle qu'un individu particulier contracte le virus...
    • Expiration. Le gouvernement et ses entreprises coopérantes doivent supprimer tous les programmes invasifs créés au nom de la santé publique après que la crise a été contenue.
    • Transparence. Toute utilisation par le gouvernement de "BIG DATA" pour suivre la propagation d'un virus doit être clairement et rapidement expliquée au public...
    • Procédure régulière. Si le gouvernement cherche à limiter les droits d'une personne en se basant sur cette surveillance des "BIG DATA" ... alors la personne doit avoir la possibilité de contester en temps utile et de manière équitable ces conclusions et limites.
Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
@Phil Landmeier (ᚠ) Think of the ~~children~~ survivors!
David diaspora
Schneier was just reviewing this from the EFF. https://www.eff.org/deeplinks/2020/03/protecting-civil-liberties-during-public-health-crisis This link is in the blog post you linked.
@David Thanks, I'd managed to miss that somehow. Infoöverload, too much skimming.